Henri III et sa cour Vous êtes ici : Accueil > Accueil > Bibliothèque
Page précédente | Imprimer


Scène 2

                              SCENE II
La duchesse de Guise, Saint-Mégrin.

                              Saint-Mégrin.
Je ne m'étais donc pas trompé ; c'était votre voix que j'avais entendue ; elle m'a guidé !

                              La duchesse de Guise.
Ma voix ! ma voix ! elle vous disait de fuir.

                              Saint-Mégrin.
Que j'étais insensé ! je ne pouvais croire à tant de bonheur !

                              La duchesse de Guise.
Cette porte est encore ouverte ! fuyez, monsieur le comte, fuyez !

                              Saint-Mégrin.
Ouverte ! oui... Imprudent que je suis !
                                                                      Il la referme.

                              La duchesse de Guise.
Monsieur le comte, écoutez-moi !

                              Saint-Mégrin.
Oh ! oui, oui ! parle ! j'ai besoin de t'entendre, pour croire à ma félicité.

                              La duchesse de Guise.
Fuyez, fuyez ! la mort est là !... des assassins !...

                              Saint-Mégrin.
Que dites-vous ! quels sont ces mots de mort et d'assassins ?

                              La duchesse de Guise.
Oh ! écoutez-moi,.. écoutez-moi... Au nom du ciel ! sortez de ce délire insensé... Il y va de la vie, vous dis-je ! ils vous ont attiré dans un piège infernal ; ils veulent vous assassiner.

                              Saint-Mégrin.
M'assassiner ! cette lettre n'était donc pas de vous ?

                              La duchesse de Guise.
Elle était de moi ; mais la violence, la torture... Voyez ! Elle lui montre son bras. Voyez...

                              Saint-Mégrin.
Ah !

                              La duchesse de Guise.
C'est moi qui ai écrit ce billet ;... mais c'est le duc qui l'a dicté.

                              Saint-Mégrin, le déchirant.
Le duc ! et j'ai pu croire ?... Non, non, je ne l'ai pas cru un seul instant. Mon Dieu ! mon Dieu ! elle ne m'aime pas !

                              La duchesse de Guise.
Maintenant que vous savez tout, fuyez, fuyez ! je vous l'ai dit, il y va de la vie.

                              Saint-Mégrin, sans l'écouter.
Elle ne m'aime pas...
Il met sa main dans sa poitrine, et la meurtrit.

                              La duchesse de Guise.
O mon Dieu ! mon Dieu !

                              Saint-Mégrin, riant.
C'est ma vie, dites-vous, qu'ils veulent ? Eh bien, je vais la leur porter, mais sans rien conserver de vous ! tenez, voilà ce bouquet, que mon existence a failli payer. D'un mot, vous m'avez détaché de la vie, comme ces fleurs de leur tige... Adieu ! adieu ! pour jamais ! Il veut rouvrir la porte. Cette porte est refermée.

                              La duchesse de Guise.
C'est lui ! il sait déjà que vous êtes ici.

                              Saint-Mégrin.
Ah ! qu'il vienne ! qu'il vienne ! Henri !.. Henri ! n'auras-tu de courage que pour meurtrir le bras d'une femme ?... Ah ! viens, viens !


                              La duchesse de Guise.
Ne l'appelez pas ! ne l'appelez pas ! il doit venir !...

                              Saint-Mégrin.
Que vous importe ? je vous suis indifférent. Ah ! la pitié ! oui...

                              La duchesse de Guise.
Mais, si vous m'aidiez, peut-être pourriez-vous fuir.

                              Saint-Mégrin.
Moi, fuir ! et pourquoi ? ma mort et ma vie ne sont-elles pas des événements également étrangers dans votre existence ?... Fuir ! et fuirais-je aussi votre indifférence, votre haine peut-être ?

                              La duchesse de Guise.
Mon indifférence ! ma haine ! ah ! plût au ciel !...

                              Saint-Mégrin.
Plût au ciel ! dis-tu ? Un mot, un mot encore, et je t'obéirai aveuglément... Dis ; ma mort doit-elle être pour toi plus affreuse que l'assassinat d'un homme ?

                              La duchesse de Guise.
Grand Dieu ! il le demande... Oh ! oui, oui.

                              Saint-Mégrin.
Tu ne me trompes pas ! je te rends grâce ! Tu parlais de fuir ! de moyens ! Quels sont-ils ? Fuir ! moi, fuir devant le duc de Guise ?... Jamais !...

                              La duchesse de Guise.
Ce n'est pas devant le duc de Guise que vous fuiriez, c'est devant des assassins. Retenu dans une autre partie de l'hôtel, par cette réunion de ligueurs, il a voulu s'assurer qu'une fois ici, vous ne sauriez lui échapper. Si nous pouvions seulement fermer cette porte, nous aurions encore quelques instants ; mais la barre en a été enlevée ; une seconde clef est entre ses mains cherchant, et l'autre...

                              Saint-Mégrin.
N'est-ce que cela ? Attendez. Il brise la pointe de son poignard dans la serrure. Maintenant, cette porte ne s'ouvrira plus qu'on ne l'enfonce.
                              La duchesse de Guise.
Bien ! bien ! cherchons un moyen, une issue... Mes idées se heurtent ! ma tête se brise !...

                              Saint-Mégrin, s'élançant vers la fenêtre.
Cette fenêtre..

                              La duchesse de Guise.
Gardez-vous-en bien ! vous vous tueriez !

                              Saint-Mégrin.
Me tuer sans vengeance ! Vous avez raison ; je les attendrai.

                              La duchesse de Guise.
O mon Dieu ! mon Dieu ! secourez-nous ! Oh ! toutes les mesures de vengeance ne sont que trop bien prises... Et c'est moi, moi qui n'ai pas pu souffrir... Tombant à genoux. Comte, au nom du ciel ! votre pardon se relevant, ou plutôt, non, non, ne me pardonnez pas... et, si vous mourez, je mourrai avec vous !
                                                  Elle tombe dans un fauteuil.
                              Saint-Mégrin, à ses pieds.
Eh bien, rends-moi donc la mort plus douce. Dis, dis-moi que tu m'aimes... C'est un pied dans la tombe que je t'en conjure. Je ne suis plus pour toi qu'un mourant. Les préjugés du monde disparaissent, les liens de la société se brisent devant l'agonie. Entoure mes derniers moments des félicités du ciel... Ah ! dis, dis-moi que je suis aimé.

                              La duchesse de Guise.
Eh bien, oui, je vous aime ! et depuis longtemps. Que de combats je me suis livrés pour fuir vos yeux, pour m'éloigner de votre voix ! Vos regards, vos paroles me poursuivaient partout. Non ! pour nous, la société n'a plus de liens, le monde n'a plus de préjugés... Ecoute-moi donc : oui, oui, je t'aime... Ici, dans cette même chambre, que de fois j'ai fui un monde que ton absence dépeuplait pour moi ! que de fois je suis venue m'isoler avec mon amour et mes pleurs ! Et, alors, je revoyais tes yeux, j'entendais encore tes paroles ; et je te répondais. Eh bien, ces moments, ils ont été les plus doux de ma vie.

                              Saint-Mégrin.
Oh ! assez, assez ! tu ne veux donc pas que je puisse mourir ?... Malédiction !... Là, toutes les félicités de la terre, et, là, la mort, l'enfer... Oh ! tais-toi, ne me dis plus que tu m'aimes... Avec ta haine, j'aurais bravé leurs poignards ; et, maintenant, ah ! je crois que j'ai peur ! Tais-toi ! tais-toi !

                              La duchesse de Guise.
Saint-Mégrin, oh ! ne me maudis pas.

                              Saint-Mégrin.
Si, si, je te maudis, pour ton amour qui me fait entrevoir le ciel et mourir !... mourir, jeune, aimé de toi ! Est-ce que je puis mourir ?... Non, non ; redis-moi que tout cela n'était qu'illusion et mensonge !
                                                            On entend du bruit.

                              La duchesse de Guise.
Ecoutez !... Ah ! ce sont eux !

                              Saint-Mégrin.
Ce sont eux. Tirant son épée et s'appuyant dessus avec calme. Eloigne-toi ; tu m'as vu faible, insensé ; en face de la mort, je redeviens un homme... Eloigne-toi !

                              La duchesse de Guise, après un moment de réflexion.
Saint-Mégrin ! écoutez,... écoutez. Cette fenêtre, oui, oui ! je m'en souviens... Il y a un balcon au premier étage ; si vous l'atteignez une fois,... une ceinture,... une corde ; vous pouvez descendre jusque-là, et alors vous êtes sauvé. Cherchant. Mon Dieu ! rien, rien.

                              Saint-Mégrin.
Calme-toi ! calme-toi ! Allant à la fenêtre. Si je pouvais seulement distinguer ce balcon !... mais rien qu'un gouffre.

                              La duchesse de Guise.
Ecoute... On entend du bruit dans la rue. Se précipitant vers la fenêtre. Qui que vous soyez, au secours ! au secours !

                              Saint-Mégrin, l'arrachant de la fenêtre.
Que fais-tu ? veux-tu les avertir ? Un paquet de cordes tombe dans la chambre. Qu'est cela ?


                              La duchesse de Guise.
Ah ! vous êtes sauvé ! Elle prend la corde. D'où cela vient-il ? Un billet. Elle lit. « Quelques mots que j'ai entendus m'ont tout appris. Je n'ai que ce moyen de vous sauver et je l'emploie. Arthur. » Arthur ! ô cher enfant ! A Saint-Mégrin. C'est Arthur ; fuyez, fuyez vite !

                              Saint-Mégrin, attachant la corde.
En aurai-je le temps ? Cette porte on l'agite violemment, cette porte...

                              La duchesse de Guise.
Attendez.
Elle passe son bras entre les deux anneaux de fer.

                              Saint-Mégrin.
Ah ! Dieu ! que faites-vous ?

                              La duchesse de Guise.
Laisse ! laisse ! c'est le bras qu'il a déjà meurtri.


                              Saint-Mégrin.
J'aime mieux mourir.

                              Le duc de Guise, ébranlant la porte.
Ouvrez, madame, ouvrez.

                              La duchesse de Guise.
Fuyez, fuyez ! En fuyant, vous sauvez ma vie ; si vous restez, je jure de mourir avec vous, et je mourrai déshonorée... Fuyez, fuyez !

                              Saint-Mégrin.
Tu m'aimeras toujours ?

                              La duchesse de Guise.
Oui, oui.

                              Le duc de Guise, en dehors.
Des leviers, des haches,... que j'enfonce cette porte.


                              La duchesse de Guise.
Pars donc ! oui... oui... adieu !

                              Saint-Mégrin.
Adieu !... Vengeance !...
Il met son épée entre ses dents et descend par la fenêtre.

                              La duchesse de Guise.
Mon Dieu ! mon Dieu ! je te remercie, il est sauvé. Un moment de silence ; puis tout à coup des cris, un cliquetis d'armes. Ah ! Elle quitte la porte, court à la fenêtre. Arthur ! Saint-Mégrin !
Elle pousse un second cri, et revient tomber au milieu de la scène.

Chapitre précédent | Chapitre suivant

© Société des Amis d'Alexandre Dumas
1998-2010
Haut de page
Page précédente