Christine Vous êtes ici : Accueil > Accueil > Bibliothèque
Page précédente | Imprimer


Scène 4

                              SCENE IV
Les mêmes, hors Paula.

                              Sentinelli.
J'attends.
          
                              Monaldeschi.
          Accordez-moi quelques minutes, comte.

                              Sentinelli.
La reine veut, monsieur, une réponse prompte.
Lui dirai-je que vous hésitez à venir,
De peur que sa justice ait trop tôt à punir ?

                              Monaldeschi.
Non ; car je ne crains rien, – rien, comte, – sur mon âme ;
Mais je veux accomplir quelques soins que réclame
Le moment.


                              Sentinelli.
          Eh bien, soit. Marquis, accomplissez
Ces soins ; mais promptement avec eux finissez ;
Car elle attend.

                              Monaldeschi.
          Il faut que j'écrive à ma mère.

                              Sentinelli.
C'est juste ; – et d'un bon fils.

                              Monaldeschi.
                              Quelle douleur amère,
Alors qu'elle saura que, loin d'elle puni,
Son fils sans la revoir est mort.

                              Sentinelli.
                              Est-ce fini ?


                              Monaldeschi.
Non ;... un instant encore, encore une seconde !

                              Sentinelli.
Voyons, comptes-tu donc écrire à tout un monde ?

                              Monaldeschi.
J'achève.

                              Sentinelli.
          Es-tu prêt ?

                              Monaldeschi.
                    Oui.. Mes gants et mon chapeau...

                              Sentinelli.
Les voilà.

                              Monaldeschi.
          Je ne puis paraître sans manteau
Aux regards de la reine... Ainsi donc qu'il vous plaise...

                              Sentinelli.
Ne vois-tu pas le tien jeté sur cette chaise ?

                              Monaldeschi.
Est-ce bien le mien ?

                              Sentinelli.
                    Oui, le voici. – Hâtons-nous.

                              Monaldeschi, le mettant tantôt sur une épaule et tantôt sur l'autre.
Je sens trembler ma main et fléchir mes genoux.

                              Sentinelli.
Qui te retient encore ?

                              Monaldeschi.
                    Cette agrafe indocile...
                              Sentinelli, tirant son poignard et allant à lui.
Attends.

                              Monaldeschi, reculant.
          Que voulez-vous ?

                              Sentinelli.
                              La rendre plus facile...
Je veux, pour t'épargner quelque nouveau retard,.
Elargir cette agrafe à l'aide du poignard.
Il perce le manteau et l'agrafe.

                              Monaldeschi, à part, s'essuyant le front avec son mouchoir.
J'ai cru que de ma mort l'heure était avancée !
J'ai froid, et sur mon front une sueur glacée...
Il laisse tomber son mouchoir et met le pied dessus.

                              Sentinelli.
De retarder encore aurais-tu le dessein ?
                              Monaldeschi, à part, immobile.
Oh ! quand j'ai vu lever se lever sur mon sein,
Je ne crus plus vivant repasser cette porte.

                              Sentinelli, s'approchant de lui.
Pour la dernière fois, faudra-t-il qu'on t'emporte ?

                              Monaldeschi, approchant l'anneau de sa bouche.
Adieu donc à la vie, à l'univers adieu !
Je ne pourrai jamais...
Il court à une colonne dans laquelle il y a une madone.
                              Protège-moi mon Dieu !

                              Sentinelli, le saisissant par le bras et appelant.
Allons, messieurs, à moi !

Chapitre précédent | Chapitre suivant

© Société des Amis d'Alexandre Dumas
1998-2010
Haut de page
Page précédente