Antony Vous êtes ici : Accueil > Accueil > Bibliothèque
Page précédente | Imprimer


Prologue

                              Antony

                    Drame en cinq actes, en prose.

                    Porte Saint-martin. – 3 mai 1831.


« Ils ont dit que Child Harold, c'était moi... Que m'importe ! »,
                                                  Byron.

Voici des vers que j'ai faits il y a deux ans. Si je connaissais une meilleure explication de mon drame, je la donnerais.

                              A ***

Que de fois tu m'as dit aux heures du délire,
Quand mon front tout à coup devenait soucieux :
Sur ta bouche pourquoi cet effrayant sourire ?
Pourquoi ces larmes dans tes yeux ?

Pourquoi ? C'est que mon coeur, au milieu des délices,
D'un souvenir jaloux constamment oppressé,
Froid au bonheur présent, va chercher ses supplices
Dans l'avenir et le passé !

Jusque dans tes baisers je retrouve des peines.
Tu m'accables d'amour... L'amour, je m'en souviens,
Pour la première fois s'est glissé dans tes veines.
Sous d'autres baisers que les miens !

Du feu des voluptés vainement tu m'enivres.
Combien, pour un beau jour, de tristes lendemains !
Ces charmes quà mes mains, en palpitant, tu livres,
Palpiteront sous d'autres mains.

Et je ne pourrai pas, dans ma fureur jalouse,
De l'infidélité te réserver le prix ;
Quelques mots à l'autel t'ont faite son épouse,
Et te sauvent de mon mépris.

Car ces mots pour toujours ont vendu tes caresses ;
L'amour ne les doit plus donner ni recevoir ;
L'usage des époux a réglé les tendresses,
Et leurs baisers sont un devoir,

Malheur, malheur à moi que le ciel en ce monde
A jeté comme un hôte à ses lois étranger !
A moi qui ne sais pas, dans ma douleur profonde,
Souffrir longtemps sans me venger ! »

Malheur ! car une voix qui n'a rien de la terre
Ma dit : « Pour ton bonheur, c'est sa mort qu'il te faut ! »
Et cette voix m'a fait comprendre le mystère
Et du meurtre et de l'échafaud...

Viens donc, ange du mal dont la voix me convie ;
Car il est des instants où, si je te voyais,
Je pourrais, pour son sang, t'abandonner ma vie
Et mon âme... si j'y croyais !
                                        Alex. Dumas.

| Chapitre suivant

© Société des Amis d'Alexandre Dumas
1998-2010
Haut de page
Page précédente