Bienvenue sur dumaspere.com, le site officiel de la Société des Amis d'Alexandre Dumas. Pour rester en contact, regardez notre actualité ou rejoignez notre page Facebook ! Rechercher dans le site :
La vie de la Société
Sorties, lectures, conférences, visites... Pour tout tout savoir sur les manifestations proposées par la Société des Amis d'Alexandre Dumas, cliquez ici
Dernières mises en ligne
Œuvre > Dictionnaire des œuvres : La fin de Murat(théâtre), Macbeth (théâtre), et La San Felice (théâtre), par François Rahier.
Mise à jour > Le fils de la nuit ou Le pirate, Le marbrier et La Veillée allemande
Dernière actualité

• Réedition du roman Ascanio
• Réedition du roman Jeannic le Breton
• Parution de Georges en bande-déssinée
• Causeries dumasiennes au coin du feu
• Journée d'étude : Dumas et Stendhal


Plus d'actualités, visites, conférences...
Edmond Dantès
Vie
Tout sur la vie de Dumas : chronologie, biographie, les lieux dumasiens... Lire
Visites depuis le 05/04/10
Œuvre
Dictionnaire, anthologie, bibliographie... Lire
Photothèque
Une riche icononographie. Voir
Forum
Le lieu de discussions e tous les Amis d'Alexandre Dumas ! Voir
Bibliothèque
Les grands textes de Dumas en version intégrale. Consulter
Quizz
Testez vos connaissances sur Dumas. Jouer
Panthéon
Remember : un dossier complet sur l'entrée d'Alexandre Dumas au Panthéon en 2002. Lire
La Société des Amis d'Alexandre Dumas
Tout savoir sur la Société des Amis d'Alexandre Dumas. Lire
Dernières parutions :
• Cahier n°40

"Prologue de ma vie" suivi des lettres de Dumas à sa fille

« On la sent fille d'Antony, et soeur de la Dame aux camélias », écrit un critique comme si, peintre et romancière, Marie Dumas ne pouvait être que fille ou soeur de… Ardu, en effet, d'exister, lorsqu'on est femme au  XXIe siècle, que son père s'appelle Dumas père et son (demi-)frère Dumas fils. Ce numéro des Cahiers Dumas a pour but de mieux faire connaître l'oeuvre et la vie de cette figure oubliée. Il présente le récit autobiographique inédit de ses années de jeunesse florentines, marquées par l'indifférence de sa marâtre et par son initiation artistique guidée par Mlle de Fauveau. Il propose également une étude de ses romans, une chronologie de sa vie, en particulier de sa désastreuse vie conjugale, et l'édition des lettres que lui a adressées son père. Plus d'informations
•Cahier n°39
Alexandre Dumas et le prince Napoléon

Républicain de bonne foi, Alexandre Dumas ne résiste pas à la fascination qu'exercent sur lui les princes de toutes les dynasties. Il se justifie en les rangeant parmi ceux qui, dans les grands chambardements politiques du XIXe siècle, ont eu des malheurs, catégoies des gens qu'il aime le plus et le mieux. Cependant deux princes, le duc d’Orléans et le prince Napolén, échappent à cette figure du prince aimé parce que malheureux, en exil ou en prison, pour n’être aimés que pour eux-mêmes. N'écrit-il pas au jeune Prince Napoléon, après la mort du duc d'Orléans : "J’avais au cœur deux affections (...) auxquelles la politique devait naturellement rester étrangère – ces deux affections, Monseigneur, se portaient sur Votre Altesse et sur le duc d’Orléans– Maintenant vous restez seul mon prince." C'est l'histoire de cet amour pour le fils de Jérôme Bonaparte, surnommé Plon-Plon, qui retracée à l'aide de documents, le plus souvent inédits, en particulier les lettres capitales que l'écrivain adresse au "prince rouge", et les articles qu'il lui consacre. Plus d'informations
•Cahier n°38
Alexandre Dumas sous les feux de la critique

Comment les contemporains ont-ils reçu, à leur apparition, au rez-de-chaussée des journaux ou dans les vitrines des libraires, les romans que nous tenons aujourd’hui pour des classiques de la littérature française du XIXe siècle et qui, pour certains d’eux (Le Comte de Monte-Cristo, Les Trois Mousquetaires), figurent parmi les mythes littéraires universels? L’efficacité des choix narratifs, la nouveauté de l’inspiration, la force des situations et des personnages imaginés par Dumas ont-ils été perçus?
Ce numéro des Cahiers Alexandre Dumas propose l’observation de cette réception immédiate, qui ne manque pas de surprendre, en rassemblant les rares articles critiques de divers journaux et revues qui ont paru au moment où commençaient à paraître les grands cycles romanesques de Dumas, en France et dans quelques pays étrangers (Angleterre, Grèce, Espagne, Brésil). « Il en est des critiques comme des médecins, que je diviserai en trois classes : — les médecins qui tuent, — mettons-les en première ligne, à tout seigneur tout honneur, les médecins qui laissent mourir et les médecins qui guérissent. Je lance l’anathème sur les médecins qui tuent et sur ceux qui laissent mourir ; — mais j’honore, j’exalte, je glorifie les médecins qui font vivre ! » écrivait Alexandre Dumas dans « Les Rois du Lundi » (Causeries). Les premiers critiques appartenaient à l’évidence à la première catégorie, celle des critiques qui tuent, ou, du moins, qui essaient de tuer. Plus d'informations
Toujours disponibles Voir la liste complète des Cahiers
L'art et les artistes contemporain au salon de 1859

Le Théâtre-Historique - II. Directeurs, décorateurs...

Le Théâtre-Historique - I. Le répertoire et la troupe

En Russie - II. Le Volga et le Caucase avec A. Dumas

En Russie - I. De Moscou à Tiflis Correspondances - Deux cents lettres pour...
© Société des Amis d'Alexandre Dumas - 1998-2012 Haut de page
Page précédente